a

Aperiri vivendum has in. Eu fabellas deseruisse mea, hinc solum tractatos vim ad, ut quem voluptua nam. Ei graeci oblique perci.

Recent Posts

    Sorry, no posts matched your criteria.

Histoire initiatique à suivre

Un homme vêtu de vêtements de luxe entre dans une bergerie pour demander de l’aide car sa voiture est tombé en panne sur le chemin menant à sa superbe maison de campagne sur les hauteurs avec vue imprenable sur la mer.

Le berger lui demande d’attendre car une de ses brebis est en train de mettre bas.

L’homme fut contrarié car pressé de rentrer chez lui pour s’y détendre après une semaine longue et chargé.

Il n’osait pas s’assoir de peur de se salir.

Il regardait le berger s’occuper de sa brebis couchée sur une couverture avec douceur afin de lui permettre de se détendre.

C’était la première fois qu’elle mettait bas et malgré l’instinct elle semblait paniquer par ce qui lui arrivait. 

Le berger lui parlait doucement lui disant que tout se passerait bien et que son bébé sera magnifique.

L’homme interpella le berger pour lui dire que ce n’était  qu‘une bête et que ce serait mieux d’appeler le vétérinaire.

Le berger souris de cette sagesse de la terre qu’il avait en lui et répondis que le vétérinaire serait bloqué comme lui car la route était impraticable. 

Laissons faire la nature ajouta-t-il.

Pendant cet échange la brebis avait commencé à mettre bas et l’on pouvait voir le début du corps de l’agneau.

Miracle de la naissance.

Le processus de naissance de cet agneau rappelle à cet homme la naissance de sa fille.

C’était il y aura bientôt 18 ans déjà.

Où pouvait-elle bien être ? Que devenait-elle ?

Depuis 15 ans il n’avait plus aucun contact avec sa fille.

J’ai assisté à sa naissance tout comme je le fait ici pour cet agneau tel un spectateur d’une nouvelle vie auquel je prends pas vraiment part.

Je sorti de ma réflexion pour le premier cri de cet être qui exprimait la vie en lui.

Le berger m’observait et me demanda si j’avais des enfants.

Je failli répondre non mais je fini par dire oui une fille.

Le sourire du berger en dit long sur sa compréhension de la réponse de l’inconnu.

Voulez vous venir célébrer chez moi par un repas cette nouvelle vie lui demanda-t-il doucement ?

Je dis oui spontanément.

Le berger se présenta, je m’appelle Pierre.

Enchantée je m’appelle Loic répondu l’inconnu.

Allons y ce n’est pas très loin.

Loic salua son hôte tout en s’excusant de ne pas pouvoir contribuer au repas.

Pierre souris et lui dit que c’était pas la peine qu’il avait tout ce qu’il fallait pour faire un bon repas avec les ingrédients qu’il avait autour de lui.

Les légumes venaient du potager, la crème et le fromage de ses bêtes.

Loic étranger à ce genre de partage et de don du coeur se sentait mal à l’aise et faisait dans sa tête des plans pour améliorer la vie de son hôte.

Tout en cuisinant un délicieux repas qui sera surement aussi bon qu’odorant, Pierre observait son invité et senti que le moment pour lui était venu de s’ouvrir à d’autres horizons.

Un ange passa avant que le plat arrive sur la table.

Enchantée de ce qu’il vit sur la table Loic fut encore plus gêné de n’avoir rien à offrir. Il s’excusa encore d’être arrivé les mains vides.

Le berger lui dit: « C’est le coeur qui ouvre les portes » .

Surpris de cette réponse, Loic s’arrêta de manger et regarda son interlocuteur comme pour essayer de deviner ce qu’il avait en tête.

Sous son air innocent , Pierre était bien un guide pour les brebis égarées.

Il dit encore ceci « Rien n’arrive par hasard, notre rencontre était écrite »

L’étonnement fut encore plus grand de la part de Pierre qui n’arrivait plus ni à manger , ni à parler.

Les mots de sagesses semblaient rentrer en lui bues par son âme qui étanchaient enfin sa soif d’autres choses.

La suite en exclusivité dans mes  newsletters.